Après avoir pris de bonnes résolutions pour la rentrée côté sport, pourquoi ne pas prolonger vos efforts sur l’alimentation ? Et d’autant plus si cela impacte positivement votre microbiote, comme avec la pomme par exemple !

La pomme, fruit aux nombreuses vertus ne cesse de nous impressionner ! Rafraîchissante, peu calorique et délicieuse, la pomme nous montre une nouvelle fois qu’elle peut être un bon allié pour notre santé. Véritable réservoir de composants bénéfiques (antioxydants, polyphénols, vitamines…), ce fruit acidulé est aussi riche en prébiotiques.

Et chose plus étonnante, en probiotiques ! C’est ce que montre une étude autrichienne.

La pomme, source de probiotiques…

Selon une récente étude, les pommes sont une grande source de bactéries. L’auteure Birgit Wassermann est doctorante à l’Université de technologie de Graz en Autriche. Elle montre qu’une pomme contiendrait cent millions de bactéries. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas dans la peau où le nombre de bactéries est le plus élevé. Elles sont plutôt concentrées dans la pulpe et les pépins. En effet, la peau en aurait dix fois moins que la pulpe.

Autre découverte, la composition entre les pommes issues de l’agriculture conventionnelle et celles issues de l’agriculture biologique diffèrent. Bien qu’en terme de quantité, les valeurs soient similaires, côté diversité, il s’agit d’une autre histoire. Et ce sont les pommes biologiques qui remportent la palme : elles possèderaient une plus grande diversité bactérienne. Une hypothèse apportée par la chercheuse pour expliquer cette différence : « Les pommes conventionnelles ont moins de diversité bactérienne, probablement due aux produits comme les pesticides rendant la terre moins riche. Les bactéries proviennent du sol, et s’il est affecté, les fruits le seront aussi ».

Par ailleurs, les bactéries des pommes biologiques seraient plus qualitatives. Effectivement, elles contiendraient des bactéries bénéfiques tandis que les pommes conventionnelles seraient porteuses de bactéries plus néfastes, telles que les Enterobacterialis responsables de gastro-entérites. Sachant que les bactéries, les champignons et les virus présents dans nos aliments colonisent transitoirement nos intestins, autant qu’ils soient de bonne qualité !

… Et de prébiotiques !

N’oublions pas non plus que la pomme contient de la pectine, une fibre soluble retrouvée dans la peau mais également les pépins. La pectine est reconnue comme ayant des bienfaits prébiotiques. En effet, elle augmente le taux d’un acide gras à chaines courtes, le butyrate, qui nourrit les bonnes bactéries de notre microbiote intestinal et permet donc leur croissance. De plus, il aide également à limiter la population des bactéries néfastes. 

Les pommes, d’autant plus si elles sont biologiques, sont donc des fruits à consommer sans modération !

LC

WASSERMANN B, MULLER H, BERG G. An apple a day: which bacteria do we eat with organic and conventional apples? Front Microbiol. 2019, 10:1629